Spaccanapoli - Castagnaro Parking

Vai ai contenuti

Spaccanapoli

Vos Déplacements

SPACCANAPOLI

Le principal decumanus, le central, est celui où aujourd'hui se trouve Via dei Tribunali, qui a été encadré par le haut decumanus, aujourd'hui Via dell'Anticaglia, et le decumanus inférieur, appelé Spaccanapoli. Ce dernier est le seul qui, au cours des siècles, a très peu  changé sa structure originale. Le decumanus Spaccanapoli, (Fende-Naples en français) le plus proche de la mer des trois, divise la ville en deux parties. Des points, les plus hauts de Naples, Castel Sant'Elmo ou sur la place en face de la Certosa di San Martino, vous pouvez voir clairement comment le decumanus coupe la ville, en gagnant à raison le nom de Spaccanapoli.

Survécue au passage du temps
À l'origine, la route reliais la zone de Piazza San Domenico Maggiore avec celle de via Duomo. L'expansion de la ville à l’époque romaine a conduit à l'élargissement de la route qui a incorporés dans son domaine aussi la Piazza del Gesù Nuovo. À partir de l'an mille, de belles églises ont été construites aux côtés de Spaccanapoli, ainsi que les plusieurs palaces de certaines familles les plus puissantes de Naples. Pendant le XVIème siècle, le vice-roi Don Pedro de Tolède a fait allonger le decumanus jusqu’aux quartiers construits pour loger les militaires, connus comme les Quartiers Espagnoles: un labyrinthe de ruelles étroites, construites de manière à former un échiquier pour permettre à l'Armée de descendre tout de suite vers Piazza del Plebiscito, en cas de besoin. L'apogée de Spaccanapoli est survenu au cours de la Renaissance, grâce à la restauration des églises et des palais et à la construction de nouveaux bâtiments sur les ruines de ceux détruits. En fait, Spaccanapoli n'est pas une route mais un chemin qui porte en son intérieur, des  artères aux noms différents. Pour sa caractéristique division, pour tout le monde, pour les napolitaines ou les étrangers, cet ensemble de routes et petites rues, est devenu simplement Spaccanapoli, un parcours à travers le temps, qui offre aux yeux des touristes, la tradition d’une Naples d’autrefois, flanquée au développement effréné de la modernité.

Autour de Spaccanapoli
Se promener sur Spaccanapoli c'est comme parcourir mille années d’histoire en quelques kilomètres, en avançant vers le future, soutenu du passé de la ville. Spaccanapoli : une promenade à travers les siècles. En se déplaçant par Spaccanapoli, il est possible de voir et visiter plusieurs églises et édifices. En plus de l'impressionnant monastère de Sainte-Claire, qui est situé près de la Piazza del Gesù Nuovo, dans la direction de l'arrondissement appelé Forcella, il y a l'église de San Francesco delle Monache qui a été commandée par Roberto D'Angiò pour loger les religieuses de Santa Chiara. L’église a accueilli la noble dame Giulia Gonzaga, l'une des plus ferventes partisanes de la réforme de l'Eglise. Sa structure a été totalement refaite dans un style plein dix-huitième siècle, avec la suppression de la conception médiévale originelle.
Comme l'entrée se trouve dans une route très étroite, a été utilisée une technique en perspective pour réaliser l'ouverture de façon à ce que l’entrée n’empêche pas de voir la porte. Les piliers en pierre de piperno (une roche magmatique qui se trouve dans la région de la Campanie) qui maintiennent la grille sont inclinées légèrement vers l'intérieur, et ce permet  la vision de l'entrée, même avec la porte fermée. La négligence, à permis aux voleurs, de la piller, ainsi elle est arrivée à nos jours presque nue.

Parmi les églises, les palais et les voix anciennes
Spaccanapoli, en réalité, n'existe pas, parce qu’elle est simplement la collection de chemins différents qui convergent dans une direction, mais elle est l'écho d'une histoire ancienne, le souvenir d'une Naples qui est montré seulement de temps en temps, entre modernité et tradition.
Transporté par le bavardage incessant, Spaccanapoli accueille un certain nombre de beaux palais, qui ont vu la croissance de générations de noblesse. L'un d'eux est le Palais Flaminio, dans lequel, en 1946, Benedetto Croce a utilisé une salle comme siège de l'Institut italien d'études historiques, qu'il avait fondé. La promenade peut être conclu à la Piazzetta Nilo qui a ce nom depuis plus de deux mille ans, quand les Alexandrins ont fondé leur installation ici. Au centre de la place est représenté le dieu du Nil. Cette statue est restée à la même place, depuis son installation, en dehors de quelques années en 1400 dans lequel mystérieusement elle disparut pour réapparaître tout aussi mystérieusement en 1476. Spaccanapoli conduit vers un des plus beau et irrésistible lieu: San Gregorio Armeno, où il y a le marché traditionnel des bergers.


Torna ai contenuti